Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

Une guerre froide asiatique ? 2/2

10 Janvier 2014 , Rédigé par E.C, Equipe ILERI-Défense, Zone Asie Publié dans #note de synthèse, #Asie

Une guerre froide asiatique ? 2/2

L'archipel de Sankaku-Diaoyu disputé par la Japon et la Chine, prend un tournant politico-militaire depuis novembre 2013, notamment liée à la création d'une Zone Aérienne d'Identification (ZAI) mise en place unilatéralement par la Chine. Une action lourde de conséquences, puisqu'elle ravive de vieilles rancunes sino-japonaises et alimente une forme tension dans son environnement régional.

La multitude d'Etats prenant position dans ce conflit, reflète une césure bien réelle dans la région qui, de par l'acquisition grandissante d'armes et de forces militaires, inquiète sérieusement la Communauté internationale. L'archipel va-t-il mener à un conflit international, ou se terra-t-il malgré ce contexte de grandes tensions ?

Des Etats aux relations tendues

Les tensions sino-japonaises ne sont pas nouvelles et le désaccord quant au sort des îles Senkaku-Diaoyu coule finalement de source. Quant à l'intervention des Etats-Unis, cette dernière n'est en rien une surprise. En effet, cet Etat est l'un des principaux alliés du Japon. Ce qui est moins évident, c'est l'intérêt de Taïwan et de la Corée du Sud dans ce conflit.

Taïwan revendique aussi l'appartenance de l'archipel. La ZAI instaurée par le gouvernement chinois n'est guère appréciée à Taïwan, qui y voit un moyen pour la Chine d'assouvir sa suprématie sur la région à laquelle l'île refuse de se soumettre.

La Corée du Sud refuse également cette ZAI qu'elle voit comme un moyen de domination en faveur de la Chine. La Corée du Sud entretient des relations extrêmement tendues, historiquement parlant, avec ses voisins. Longtemps dominée par la Chine, et ayant subit de nombreux massacres japonais, elle s'est construite progressivement et a réussi à se faire une place de haut rang sur la scène internationale, notamment grâce à son développement économiques. Ses relations sont aujourd'hui amicales avec le Japon même si ce dernier refuse encore de reconnaître ses fautes quant à leurs relations passées. La Corée du Sud tient des relations fragiles avec la Chine – hors relations économiques – non seulement car ces deux Etats ont des conceptions politiques complètement différentes, mais aussi car ils revendiquent tous deux l'appartenance d'une plateforme se trouvant dans la mer de Chine : « Leodo » (nom coréen) ou « Suyan » (nom chinois). Or, Leodo-Suyan se trouve dans la ZAI que la Chine impose à ses voisins, suscitant l'indignation et la colère du gouvernement sud-coréen. Son implication relate, à l’instar du Japon, d'un conflit territorial même si ce dernier fait moins d'échos.

L'implication de ces différents Etats est d'autant plus inquiétante, puisqu'ils se munissent de manière importante d'outils d'armement en tout genre (armes, drones, avions, chars, etc.), tout en augmentant leurs troupes.

Des moyens coercitifs importants

En effet, la Chine, qui a déjà procédé unilatéralement à la mise en place d'une ZAI, surveille la zone à l'aide d'avions militaires suite aux provocations de ses voisins et des Etats-Unis (avions de combat F-15, B-52, avions de surveillance...). De plus, les dépenses chinoises, en terme de défense, sont exponentielles puisqu'elle a augmenté son budget annuel de 10%, passant à une dépense d'environ 86 milliards d'euros. La Chine, déjà bien armée, cherche pourtant à se renforcer davantage (achat de drones, de chars, de J-10...) faisant passer un avertissement limpide à l'ensemble de la Communauté internationale.

Le Japon, quant à lui, a également augmenté ses ressources dans le domaine de la défense en élevant, le 17 décembre, de 5% ses dépenses militaires avoisinant 24 700 milliards de yens, soit 174 milliards d'euros sur 5 ans, dans le but d'acquérir trois drones, 17 avions à décollage vertical Osprey, 52 véhicules amphibies et 5 sous-marins, mais aussi deux destroyers antimissiles Aegis, 28 nouveaux chasseurs américains F-35 et un appareil furtif dernier cri, rapporte Le Monde1.

Le premier ministre Shinzo Abe, conservateur, ne veut pas se laisser intimider par la Chine et n'hésite pas à envoyer ses soldats et ses chars dans les îles avoisinantes. Si, dans les discours, il espère que ce conflit ne dégénèrera pas, il n'a cependant pas donné suite à la requête des Etats-Unis sur le respect des instructions ordonnées par la Chine. Décision encore incertaine, mais les précautions sont de mises : le Japon renforce ses troupes militaires aux frontières sud et sur ses îles. Il semble que le Japon s'organise en cas de conflit armé et décidé à ne pas céder à la Chine.

Dénucléarisé, le Japon est entouré de pays qui le sont, et tente au mieux de maintenir ses défenses, aidé par son allié américain. Cependant, force est de constater que les Etats-Unis ne souhaitent pas un conflit armé ; le Japon étant dépossédé de toute arme nucléaire, l'affrontement semble encore loin surtout au vu du traumatisme japonais subi pendant la Seconde Guerre Mondiale, ou encore plus récemment avec l'explosion de la centrale Fukushima. En effet, même en s'alliant avec la Corée du Sud, ayant elle aussi augmenté ses effectifs militaires (matériels et immatériels), le Japon ne ferait pas le poids face à la Chine sans l'aide des Etats-Unis.

La Chine est donc en position de force, même s'il est peu probable qu'elle déclenche un conflit armé, la simple pression de pouvoir le faire suffit pour le moment à restreindre toute nouvelle tentative d'intimidation de la part des autres Etats. Les tensions sont cependant continuelles dans la région. En effet, si le conflit inter-coréen n'est pas nouveau, le Japon fait office de provocateur vis-à-vis de ses voisins, notamment avec l'affaire du temple de Yasukuni2.

L'atmosphère en Asie du Sud-Est est soumise à rude épreuve, et rappelle les tensions entre l'URSS et les Etats-Unis, qui peuvent laisser paraître l'idée d'une nouvelle Guerre Froide...

1Lire Le Monde.fr avec AFP La hausse des dépenses militaires nippones sur fond de tensions avec Pekin, Le Monde, 17 décembre 2013

2Lire Libération.fr, Les prières de Shinzo Abe exaspère Pékin et Séoul, Libération Monde, 26 décembre 2013

Source image : www.courrierinternational.com

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article