Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

La Marine nationale n’aura seulement 15 frégates de premier rang qu’en 2029

5 Juin 2015 , Rédigé par ileridefense Publié dans #France, #Armement

La Marine nationale n’aura seulement 15 frégates de premier rang qu’en 2029

Le 05/06/15

Il fut un temps où il était question de doter la Marine nationale de 23 frégates de premier rang, c’est à dire des navires ayant des moyens anti-sous-marins et anti-aériens. Une nécessité, compte tenu du fait que la France dispose du dispose du deuxième domaine maritime mondial, derrière les États-Unis.

Seulement, faute de se donner les moyens d’acquérir des capacités conformes au statut auquel on prétend, quitte à faire des choix pouvant être difficiles, les ambitions ont été progressivement réduites. Ainsi, le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN) de 2008 a recommandé d’équiper la Marine nationale de 18 frégates de premier rang.

Mais comme il était alors question de réduire de 17 à 11 le nombre de frégates multimissions (FREMM) commandées, il a été décidé d’inclure dans ce total les frégates légères furtives (FLF) de type La Fayette, considérées jusqu’alors comme des navires de second rang en raison de la faiblesse de leur armement. Ainsi, les apparences étaient sauves pour les non initiés.

La Loi de programmation militaires (LPM) 2014-2019, inspirée par le Livre blanc de 2013, a poursuivi cette tendance, en fixant à 15 le nombre de frégates de premier rang, avec seulement 8 FREMM au lieu de 11. Cette nouvelle réduction de cible doit en effet permettre de lancer le programme des frégates de taille intermédiaire (FTI), dont 5 exemplaires doivent être commandés.

Lors de son audition devant les députés de la commission de la Défense, dans le cadre de l’examen du projet d’actualisation de la LPM en cours, l’amiral Bernard Rogel, le chef d’état-major de la Marine nationale, a donné des précisions sur ces frégates de taille intermédiaire.

« Ce ne seront pas des remplaçantes des frégates légères, sinon ce ne serait pas des frégates de premier rang. Il s’agit bien d’une solution alternative, demandée par le Livre blanc qui a exigé la différenciation entre les FREMM et les frégates dites de taille intermédiaire, de la classe 4.000 tonnes, que nous avons l’ambition de doter de capacités de lutte anti-sous-marine, tels des sonars remorqués comme les VDS (Variable Depth Sonar) », a-t-il expliqué.

« Je rappelle que les frégates légères n’ont actuellement pas de sonar, et seulement une aptitude limitée de défense courte portée contre la menace aérienne. Il n’est donc pas possible de les appeler des frégates de premier rang, malgré leurs qualités et malgré le travail formidable de leurs équipages. Les FTI ne pourvoient donc pas au remplacement des frégates de type La Fayette (FLF). Il s’agit plutôt de développer un nouveau type de bâtiment pour arriver au chiffre total de 15 frégates de premier rang tel qu’il est prévu par le Livre Blanc », a encore insisté l’amiral Rogel.

En clair, à l’heure actuelle, la Marine nationale compte actuellement, et à propement parler, de 10 frégates de premier rang, dont 7 sont de conception ancienne (fin années 1970). Dans ce total, l’on compte aussi 2 récentes frégates de défense aérienne de type Horizon (FDA Forbin et Chevalier Paul) et la FREMM Aquitaine, qui n’a pas encore été mise en service actif. Et cela alors que les enjeux maritimes n’ont sans doute jamais été aussi importants qu’aujoud’hui.

Et ce format de 15 frégates de premier rang est le minimum, comme l’a souligné le CEMM. « Ce n’est pas pour moi une fin en soi que de défendre un périmètre, mais il est de mon devoir de mettre en garde contre l’impossibilité d’assurer les missions qui découlerait d’un manque de moyens », a-t-il fait valoir. « En attendant, nous comblerons les trous par l’adjonction de sonars sur des frégates légères, pour pallier ainsi nos lacunes en matière de lutte anti sous-marine, même si cela ne suffira pas à faire de nos frégates légères des frégates de premier rang », a-t-il insisté.

La livraison de la première frégate de taille intermédiaire étant attendue en 2023, il faudra donc du temps pour que la Marine nationale puisse atteindre le format fixé par le LBDSN de 2013. « Ce programme permettra d’atteindre en 2029 le format de 15 frégates de premier rang de nouvelle génération », a ainsi précisé l’amiral Rogel. Dans 14 ans donc… Honneur, Valeur, Discipline, Patrie… Il faudra sans doute songer à ajouter « Patience » aux valeurs de la Marine!

De : Laurent Lagneau

Source : opex360.com

Relayé par P.F

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article