Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

Le discours de Lavrov a Munich vu par des experts

10 Février 2015 , Rédigé par ileridefense Publié dans #Russie-CEI

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de la Conférence de Munich. Crédit : Edouard Pessov/MFA Russia
La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de la Conférence de Munich. Crédit : Edouard Pessov/MFA Russia

Le discours du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la Conférence de Munich sur la sécurité a été qualifié par les experts russes de « dur » et « prévisible ». Selon eux, la Russie a confirmé sa vision de la crise ukrainienne et attend désormais des actions décisives de la part de l’Europe.

La Conférence de Munich sur la sécurité s’est tenue dans la foulée d’une nouvelle tentative de résoudre la crise ukrainienne. Les résultats de la rencontre éclair du leader russe Vladimir Poutine avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande à Moscou ne sont toujours pas connus. Toutefois, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a d’ores et déjà constaté à Munich que « le partenariat de la Russie et de l’UE n’avait pas résisté ». Le ministre a réalisé plusieurs déclarations sur la sécurité européenne et le conflit en Ukraine, mais aucune n’était positive. RBTH a demandé aux experts de donner leur point de vue sur le discours de Sergueï Lavrov.

Le message de Sergueï Lavrov

L’intervention de Sergueï Lavrov à la Conférence de Munich a « tracé une limite » pour les partenaires européens, estime Dmitri Danilov, chef du département de la sécurité européenne de l’Institut d’Europe de l’Académie des sciences de Russie. Moscou n’a pas l’intention d’opérer un revirement dans sa position sur l’Ukraine, et l’Occident doit « accepter la réalité », a-t-il déclaré. Selon lui, les efforts diplomatiques, notamment au format dit « Normandie », « se sont retrouvés dans l’impasse », et Lavrov « souffle » aux partenaires occidentaux « un moyen de garder la face et de coopérer avec Kiev et, avant tout, avec la Russie ». Ainsi, ils doivent reconnaître qu’une plus grande responsabilité incombe à Kiev, et entamer des négociations réelles avec l’opposition ukrainienne, car ils n’ont pas le choix.

L’Europe et Washington entendront-ils ce message ? Selon toute probabilité, il faut s’attendre à une sévère confrontation, a fait remarquer pour sa part Andreï Souzdaltsev, vice-doyen de la faculté d’économie mondiale et de politique internationale de la Haute école d’économie. Il estime que l’Europe n’est pas encore prête à agir sans concertation ou aval des Etats-Unis, ces derniers étant à mille lieues d’une détente dans leur rhétorique envers la Russie. « Il n’y aura pas de scission entre l’Occident et Washington sur le dossier russe, la position de Moscou sur l’Ukraine n’est pas un problème urgent pour l’Europe aujourd’hui », a-t-il expliqué. Le directeur de l’Institut international des études humanitaires et politiques, Viatcheslav Igrounov, estime lui aussi que le bras de fer se poursuivra. « Qui plus est, le discours de Sergueï Lavrov à Munich sera perçu par Washington comme un défi supplémentaire », a-t-il affirmé. Cependant, cette intervention « viendra influencer l’Europe, qui comprend mieux la situation en Russie et qui entamera des débats avec l’Amérique au sujet de la Russie ».

Changement de rhétorique ?

Le discours du ministre russe des Affaires étrangères à Munich était empreint d’un ton particulièrement sévère, ce qui a été relevé par tous les interlocuteurs de RBTH. Néanmoins, d’après eux, Sergueï Lavrov n’a rien dit de foncièrement nouveau à Munich, et la Russie n’a fait que confirmer que sa politique restait inchangée. « Son intervention a été systémique, la Russie reste cohérente », décrypte Dmitri Orlov, directeur général de l’Agence des rapports politiques et économiques. Moscou qualifie depuis longtemps d’intolérables les tentatives de l’Occident d’isoler la Russie ou de réduire son influence sur la résolution des problèmes internationaux et « Lavrov a montré qu’il existe des arguments dissonants, notamment assez durs, concernant le dialogue sur l’Ukraine et sur les autres dossiers », a fait observer Dmitri Orlov.

« Une rhétorique aussi sévère était prévisible et justifiée », a noté Viatcheslav Igrounov. « Aujourd’hui, les positions sont formées et les acteurs des négociations internationales n’entendent plus les arguments habituels. »

D’après Dmitri Danilov, Angela Merkel a cherché à assouplir la position très critique de l’Occident vis-à-vis de la Russie dans son discours à Munich. « C’est peut-être une sorte de message, mais Moscou et Sergueï Lavrov ont montré qu’ils attendaient désormais une autre approche de la part de leurs collègues occidentaux, a-t-il souligné. Ils attendent « non pas un assouplissement de la rhétorique diplomatique, mais des mesures réelles susceptibles de contribuer à un compromis », a-t-il ajouté.

Source : Russia Beyond the Headlines (Russie)

URL : http://fr.rbth.com/international/2015/02/09/le_discours_de_lavrov_a_munich_vu_par_des_experts_32733.html

Relayé par IDL

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article