Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

Pas de pétrole, pas de Davos pour les Pakistanais

25 Janvier 2015 , Rédigé par ileridefense Publié dans #Asie, #Proche-Orient- Moyen-Orient- Monde Arabe

Pas de pétrole, pas de Davos pour les Pakistanais

Le premier ministre Pakistanais, Nawaz Sharif a annulé, jeudi 22 janvier, sa visite au Forum économique Mondial de Davos, en Suisse, pour trouver une issue à la grave pénurie de pétrole qui frappe son pays.

Le premier ministre Pakistanais, Nawaz Sharif a annulé, jeudi 22 janvier, sa visite au Forum économique Mondial de Davos, en Suisse, pour trouver une issue à la grave pénurie de pétrole qui frappe son pays.

Après Islamabad et la province du Pendjab, la pénurie a gagné, cette semaine, d’autres parties du territoire, dont Karachi, ville portuaire et capitale économique du pays.

Les coupures de courant, déjà fréquentes dans le pays, se sont multipliées. Des files d’attente se sont formées aux abords des stations de service et certains chauffeurs passent des nuits à patienter dans leur taxi ou leurs trois roues à moteur dans l’espoir d’obtenir quelques litres d’essence.

L’autre carburant utilisé, le gaz naturel comprimé, n’est plus disponible depuis le début de l’hiver, pour permettre à la population de se chauffer.

Malgré la chute, ces derniers mois, des cours mondiaux du pétrole, l’entreprise publique Pakistan State Oil (PSO) n’a plus les moyens d’en acheter. Endettée à hauteur de 2 milliards de dollars, elle s’est vue refuser un prêt des banques et a dû cesser son approvisionnement.

Son fort endettement s’explique par le défaut de paiement des compagnies d’électricité privées, qui, elles-mêmes, n’étaient plus payées par l’Etat.

Selon le quotidien Dawn, l’entreprise publique aurait besoin de 850 millions d’euros et de huit semaines pour un retour de la situation à la normale. Le pays n’a plus que trois jours de réserve.

Mouvements de protestation


Le ministre du pétrole et des ressources naturelles, Shahid Khaqan Abbasi avance une autre explication, jugée peu crédible par les économistes : la baisse des prix du pétrole aurait encouragé la hausse de la consommation au point d’épuiser les réserves du pays.

« Dans notre pays, les gens peuvent se montrer très agressifs pour obtenir quoi que ce soit. Quand les prix baissent, ils achètent de plus en plus », aurait déclaré le ministre au quotidien Dawn, avant d’affirmer qu’il démissionnerait si le gouvernement le jugeait « coupable ».

Quelques jours plus tard, le même ministre a dû présenter ses excuses promettant la fin de la pénurie dans « quelques jours », sans toutefois démissionner.

Jeudi 22 janvier, le premier ministre Pakistanais a tenu une réunion de crise sans lui, puisque ce dernier était en déplacement à l’étranger, à une conférence sur le thème de… l’importation de gaz naturel comprimé.

Cette crise alimente les mouvements de protestation, d’autant plus que Nawaz Sharif avait promis la fin des coupures de courant lors de sa campagne électorale en 2013.

Le parti du Tehreek-i-Insaaf (PTI), qui ne perd jamais une occasion de monter au front contre le gouvernement a appelé ses partisans à manifester dans tout le pays.

Les journaux pakistanais ne sont pas plus tendres avec leurs responsables politiques. « Rien ne peut mieux mettre en évidence la mauvaise gestion et l’incompétence du gouvernement que cette crise du pétrole », a écrit le quotidien Daily Times dans son éditorial du 20 janvier

source: Le Monde (23 janv, par Julien Bouissou)

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/23/pas-de-petrole-pas-de-davos-pour-les-pakistanais_4562475_3234.html

relayé par B. Longère

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article