Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

La France modernise ses capacités de dissuasion nucléaire

22 Novembre 2014 , Rédigé par ileridefense Publié dans #France

La France modernise ses capacités de dissuasion nucléaire

Jean-Yves Le Drian a saisi l'occasion d'un colloque à l'Ecole militaire sur «Cinquante ans de dissuasion nucléaire» pour souligner jeudi la «pertinence» de l'arme nucléaire et confirmer les efforts de modernisation qui concerneront ses deux composantes, aéroportée et embarquée à bord de sous-marins.

Le ministre de la Défense a notamment annoncé la commande de douze avions multi-rôles de ravitaillement en vol et de transport (MRTT). D'un montant de 3 milliards d'euros, «le contrat est prêt à être notifié (...) dans les tous premiers jours de décembre», a indiqué M. Le Drian. La livraison du premier appareil, déjà baptisé Phénix a t-il révélé, interviendra en 2018 et celle du second en 2019. Les livraisons se poursuivront ensuite au rythme de 1 à 2 appareils par an.

Réalisés à partir d'A330-200, les MRTT peuvent notamment assurer du ravitaillement en vol, du transport de personnel et de fret et l'évacuation de blessés. Ils permettront «de remplacer enfin nos ravitailleurs, acteurs essentiels de l'épopée cinquantenaire des Forces aériennes stratégiques» (FAS). Utilisés depuis les années soixante par les forces françaises, les ravitailleurs Boeing C-135, moins polyvalents et moins performants, apparaissent en effet à bout de souffle.

Nouvelles générations de missiles

Dans un contexte international caractérisé par l'émergence de nouvelles menaces, «la dissuasion nucléaire française me paraît plus que jamais pertinente», a ajouté le ministre de la Défense. Celui-ci a également réaffirmé «la pertinence de la structure à deux composantes de notre force de dissuasion», c'est à dire embarquée à bord de sous-marins, sous l'égide des Forces océaniques stratégiques (FOST), ou aéroportée (FAST). Ce rappel - dans le droit fil de la réaffirmation de François Hollande dès son entrée à l'Elysée en 2012-, ne pouvait passer inaperçu. Alors que le budget de la défense subit de fortes contraintes, des voix se sont élevées - militaires, politiques, experts- pour préconiser la suppression de la «deuxième composante» aéroportée.

«Son coût est modéré au regard des enjeux de souveraineté, environ 5 % du budget de la dissuasion dans les dix prochaines années», a invoqué Jean-Yves Le Drian, parmi d'autres arguments stratégiques et politiques, à l'unisson avec les participants du colloque de l'Ecole militaire.

Concernant la composante océanique, le ministre a confirme le déploiement, à partir de 2016, d'une nouvelle version du missile nucléaire M51, -le M51.2- à bord du Triomphant, l'un des quatre sous-marins lanceurs d'engins (SNLE) dont dispose la Marine. La réalisation de son successeur, le M51.3, est engagée depuis juillet dernier. Et «des études amont se poursuivent afin de préparer le futur programme “SNLE-3ème Génération”», qui remplacera progressivement les 4 SNLE à l'horizon 2035», a insisté le ministre de la Défense.

Concernant la «deuxième composante», l'élaboration d'une version rénovée du missile nucléaire ASMPA (air-sol moyenne portée amélioré) emporté par les avions a débuté l'été dernier et son successeur, le missile ASN4G, est déjà à l'étude. La France, qui n'effectue plus d'essais nucléaires depuis 1996, dispose désormais avec le Laser Méga Joule, inauguré cette année près de Bordeaux, d'un outil «quasi unique au monde» pour simuler ces tests, s'est félicité le ministre.

Source : Le Figaro.
Relayé par : Philippine Sottas

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article