Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

«C’est la bonne chose à faire» dit un ancien soldat canadien parti combattre l’État islamique

23 Novembre 2014 , Rédigé par ileridefense Publié dans #Amérique du Nord, #Proche-Orient- Moyen-Orient- Monde Arabe

Le 23/11/14

Dillon Hillier travaillait dans la construction depuis quelques mois en Alberta au moment où les djihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant ont pris possession de vastes territoires en Syrie et en Irak. Ce vétéran des Forces armées canadiennes a alors pris la seule décision qui s’imposé selon lui: aller les combattre!

Cet ancien membre du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (PPCLI) de 26 ans a ainsi quitté Calgary la fin de semaine dernière pour se rendre dans le nord de l’Irak et aider les combattants kurdes à repousser l’«État islamique». «Je sentais que c’était la bonne chose à faire, car ils sont face à des moments difficiles», a-t-il dit dans une interview.

Faisant partie d’un nombre sans cesse croissant de volontaires occidentaux prenant la direction du Moyen-Orient pour participer à la lutte contre l’EI, il est le premier vétéran de l’Armée canadienne connu pour avoir rejoint les forces kurdes.

Originaire de Carleton Place, en Ontario, Dillon Hillier a rejoint l’armée à 20 ans. Lors des inondations au Manitoba de 2011, il a participé à l’opération en emballant des sacs de sable pour contenir la rivière Assiniboine.

En juin 2013, il est envoyé en Afghanistan pendant six mois dans le cadre de l’Opération ATTENTION. Il quitte l’armée en mars 2014 après cinq ans de service.

Par opposition à ces jeunes radicalisés qui affluent en Syrie et en Irak pour combattre au sein du groupe extrémiste, c’est donc chez les peshmergas qu’il est allé.

1er corps expéditionnaire nord-américain

Pour aider les Canadiens désireux de combattre ISIS, un vétéran de l’armée a récemment formé le 1st North American Expeditionary Force (1er corps expéditionnaire nord-américain). Ian Bradbury précise que d’anciens membres des Forces armées canadiennes (du PPCLI et du Royal Canadian Regiment) ont lancé le groupe à but non lucratif afin de fournir un soutien financier et logistique à ceux qui se sont sentis obligés de partir combattre.

«Chacun d’eux a eu a acheter son propre kit avant le départ», a-t-il dit, estimant que cela coûtait assez cher, un peu plus de 3.500 $, mais espère pouvoir bientôt fournir vêtements, matériel et billet d’avion à rabais.

Sur sa page Facebook, il propose également des «contacts» avec des unités vérifiées peshmergas.

Grâce à Facebook, celui qui est désormais le premier vétéran des Forces à combattre avec les peshmergas, a trouvé un contact qui l’a mis en relation avec un recruteur peshmerga. «Ce ne fut pas très difficile» a-t-il déclaré dans une interview avant son départ. «La seule chose dont j’étais inquiet était de me retrouver dans un piège, mais j’ai confirmé l’identité des personnes».

Dans un signe de l’intérêt croissant pour combattre aux côtés des Kurdes, une page Facebook peshmerga offre maintenant des conseils pour les bénévoles de l’Ouest, des itinéraires de voyage et suggérant combien d’argent apporter (soit environ 5.000 $). Évidemment, pas question de se faire payer pour aller combattre, ce qui permet toutefois d’être libre de partir quand bon il semblera aux volontaires.

Apporter une arme dans l’avion n’étant pas vraiment conseillé , il est cependant possible d’acheter une AK-47 dans des bazars locaux pour 700 à 2.000 $ et des M-16 et M-4 pour 3.000 à 4.000 $.

Comme un flashback de ce qui s’est fait en Afghanistan, M. Hillier espère transmettre ce qu’il a appris dans les Forces armées canadiennes aux Kurdes, qui selon lui, sont des combattants qualifiés en montagne, mais pourraient bénéficier de sa formation de combat en zone urbaine.

Encourageant d’autres vétérans des Forces à se joindre à lui, il rappelle que même 10 personnes peuvent faire la différence contre l’EI.

Désormais fin prêt à aller en première ligne, le soldat Hillier se dit convaincu de faire la bonne chose, offrant simplement le même service que donnent les Forces armées canadiennes aux forces kurdes: donner des conseils stratégiques et techniques».

De : Nicolas Laffont

Source : 45enord.ca

http://www.45enord.ca/2014/11/cest-la-bonne-chose-a-faire-dit-un-ancien-soldat-canadien-parti-combattre-letat-islamique/

Relayé par P.F

Un premier vétéran des Forces armées canadiennes est parti combattre les djihadistes de l’État islamique aux côtés des combattants peshmergas. (45eNord.ca/1st North American Expeditionary Force/Dillon Hillier)

Un premier vétéran des Forces armées canadiennes est parti combattre les djihadistes de l’État islamique aux côtés des combattants peshmergas. (45eNord.ca/1st North American Expeditionary Force/Dillon Hillier)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article