Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

5 choses que vous ignorez (peut-être) sur le business de l'aérospatiale

14 Novembre 2014 , Rédigé par ileridefense Publié dans #Aérospatiale

Par Jean-Louis Dell'Oro

Le secteur de l'aérospatiale est à un tournant de son histoire. Après des années de guerre froide où chaque pays développait jalousement son expertise dans ce domaine, ce business s'est largement mondialisé. En parallèle, de nouveaux acteurs sont arrivés comme SpaceX, avec des coûts en forte baisse. En décembre 2013, le groupe fondé par Elon Musk était ainsi parvenu à mettre en orbite basse un satellite avec l'aide de son lanceur Falcon 9 pour à peine 55 millions de dollars. Le dernier Panorama économique du secteur spatial, que vient de publier l'OCDE, revient sur cet écosystème en plein bouleversement. L'occasion de mettre en lumière 5 faits qui remettent en cause quelques idées reçues.

1. Les Etats ne se ruinent pas pour conquérir l'espace

Le secteur de l'aérospatiale est régulièrement accusé d'aspirer des sommes colossales d'argent public pour un retour sur investissement aléatoire. En réalité, c'est tout le contraire. En cumulant le budget des pays de l'OCDE et des pays émergents, les crédits publics consacrés à l'espace dans le monde ne dépassaient pas 75 milliards de dollars en 2013.

Un investissement particulièrement rentable d'un point de vue global. L'économie de l'espace dans son ensemble pèse 256,2 milliards de dollars en 2013. Elle comprend, outre la recherche, la production et le lancement de satellites, leur exploitation ainsi que les recettes générées par les opérateurs associés (service de téléphonie, de radio ou de télévision par satellite, …). En tenant compte des administrations publiques impliquées, mais aussi de l'industrie privée, des fournisseurs d'équipements ou de services, on estime à près de 900.000 le nombre d'emplois générés par cette activité dans le monde. Par ailleurs, ce secteur représente environ 35% du montant total des exportations de biens des pays de l'OCDE.

Rapportés au PIB ou à la population, les budgets paraissent même très limités. Les Etats-Unis sont en tête des pays qui dépensent le plus. Mais leur budget spatial représente seulement 123 dollars par habitant (en parité de pouvoir d'achat ou PPP). A environ 39 milliards de dollars, leur budget pèse seulement 0,23% du PIB.

Tous les autres pays sont très en deçà. Le budget spatial du Canada, par exemple, avec 442 millions de dollars, atteint à peine 0,026% de son PIB. C'est 11,7 dollar (PPP) par habitant. L'Allemagne fait à peine mieux : 0,046% de son PIB est consacré au budget spatial, soit 19,5 dollars par habitant et par an. C'est encore pire au Royaume-Uni où le budget spatial culmine à 0,0146% du PIB, soit 5,3 dollars par tête.

Même les pays émergents qui sont en plein rattrapage dépensent des montants relativement modestes. Le budget spatial de l'Inde ne dépasse pas 0,063% du PIB et 2,4 dollars par habitant. La Chine, qui dispose du deuxième budget de la planète (10,8 milliards de dollars) reste aussi à un niveau relativement faible: 7,9 dollars par habitant et par an.

2. La crise a épargné ce secteur

Entre 2008 et 2013, le budget spatial public des pays de l'OCDE a bien résisté à la crise. Il est certes en léger déclin à pouvoir d'achat constant. Mais plusieurs pays européens ont augmenté leurs ressources publiques allouées à l'espace. C'est le cas en France, où le budget est passé d'environ 1,7 milliard à 2,2 milliards d'euros entre 2008 et 2013.

Surtout, pendant ce temps, le budget des pays émergents a explosé. Par exemple, le budget spatial public de la Russie s'est envolé de 144% en 5 ans, après avoir pris en compte l'inflation. Globalement, BRICS et OCDE confondus, le budget "mondial" est en hausse de près de 9% entre 2008 et 2013, passant de 68,7 milliards de dollars à 74,8 milliards de dollars en parité de pouvoir d'achat constante.

3. La France reste le n°3 mondial

On l'oublie parfois mais la France a été le troisième pays au monde à avoir réussi à placer sur orbite un satellite (Asterix) en 1965. Près de 50 ans plus tard, la France a maintenu son rang et dispose du budget spatial le plus important d'Europe (2,9 milliards de dollars soit 2,2 milliards d'euros en 2013), même si, rapporté à son PIB (0,1%) cela reste une goutte d'eau.

La France est aussi le pays qui dépense le plus d'argent public dans le secteur aérospatial par habitant après les Etats-Unis et la Russie. Le budget spatial français représente ainsi 37,4 dollars par habitant et par an (en PPP), pour un secteur qui emploie 170.000 personnes dans l'Hexagone.

Profitant de la présence d'Airbus Group à Toulouse et de la base de lancement de Kourou en Guyane, la France est également le deuxième plus gros exportateur mondial, juste derrière les Etats-Unis. La balance commerciale française (exportations moins importations de biens) dans l'aérospatiale dépasse ainsi les 25 milliards de dollars. Nos principaux clients sont l'Allemagne, les Etats-Unis, la Chine et la Russie.

4. Les pays émergents rattrapent très vite l'Occident

Les pays de l'OCDE sont encore en tête, avec un budget cumulé de 50,8 milliards de dollars en PPP en 2013. Mais les BRICS (Brésil, Chine, Russie, Inde et Afrique du Sud) ne sont plus à la traîne. Ils rattrapent même très rapidement leur retard. Les budgets du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de la Chine pèsent déjà 24 milliards de dollars PPP, en progression de plus de 30% depuis 2008. Désormais, à eux quatre, ces pays représentent un tiers de l'effort public mondial en matière d'aérospatiale.

Le secteur s'est aussi énormément internationalisé. Aujourd'hui, 72 pays dans le monde possèdent des réseaux de satellites. Près de 72 administrations nationales étaient ainsi en contact en 2013 avec l'Union internationale des télécommunications (UIT). Il s'agit de l'organisme international en charge de la coordination des différents Etats sur l'affectation des orbites des satellites. Les demandes pour des réseaux de satellite viennent en premier lieu des Etats-Unis (14,5% des demandes) et… de la France (13,4%). La France bénéficie ici de sa rampe de lancement de Kourou, qui sert pour toute l'Europe.

La mondialisation du secteur s'observe aussi à travers la production des chercheurs. Les scientifiques qui publient sur le sujet sont d'origines beaucoup plus diverses qu'il y a 20 ou 30 ans. On retrouve ainsi des scientifiques ayant publié en provenance de Malaisie, de Taïwan ou encore de l'Islande.

5. La Chine réalise déjà plus de lancements que l'Europe

Seulement quelques pays dans le monde ont la technologie et les installations nécessaires pour lancer des objets en orbite. Depuis 1994, 1.300 lancements ont réussi. 75% de ces lancements ont été réalisés depuis les Etats-Unis et la Russie.

Les parts de marché dans ce domaine sont sujettes à de fortes variations, du fait du faible nombre de lancements par an. En 2013, il y en a eu 78 qui ont réussi, dont 31 lancements de satellites depuis la Russie, 19 depuis les Etats-Unis et 14 depuis la Chine. L'Europe s'est contenté de 7 lancements, bien qu'Arianespace reste le leader sur le marché grâce à Ariane 5.

Source : Challenges

http://www.challenges.fr/transports-et-defense/20141104.CHA9776/5-choses-que-vous-ne-saviez-pas-sur-le-business-de-l-aerospatiale.html

Relayé par : Nicolas Trussardi

La fusée Ariane 5 avec ses satellites en cours d'installation sur son pas de tir.

La fusée Ariane 5 avec ses satellites en cours d'installation sur son pas de tir.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article