Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

Participation d’un membre de l’Etat-major danois à une réunion stratégique avec Obama

16 Octobre 2014 , Rédigé par ileridefense Publié dans #Europe, #Occident, #Moyen Orient

Participation d’un membre de l’Etat-major danois à une réunion stratégique avec Obama

La Défense danoise cherche à donner un rôle concret aux 120 soldats danois qui doivent conseiller les forces irakiennes et kurdes en Irak.

Au cours d’une réunion au sommet entre membres des Etats-majors impliqués dans la coalition américaine présidée par le président Obama contre l’Etat islamique, la Défense danoise était à la recherche de partenaires pour épauler les 120 soldats envoyés par le Folketing [le Parlement danois] dans leur mission de conseil aux soldats irakiens.

Le chef adjoint à la Défense, le lieutenant-général Per Ludvigsen, qui participait à la réunion au nom du Danemark, confirme qu’il y a un dialogue concernant le rôle concret des conseillers danois.

« Nous l’avons, à l’occasion de la réunion, évoqué avec certains des partenaires potentiels dans cette zone », a affirmé le lieutenant-général Ludvigsen après le sommet à la base militaire aérienne Andrews, située à proximité de la capitale américaine.

Prêts à soutenir les kurdes

Le chef adjoint à la Défense ne souhaite pas révéler exactement les partenaires potentiels avec lesquels les discussions sont en cours, ni même le contenu de ces discussions.

Un partenaire potentiel pourrait être la Grande-Bretagne, avec laquelle le Danemark avait beaucoup coopéré durant les guerres menées en Afghanistan et en Irak.

Le Ministère de la Défense britannique a confirmé que des forces spéciales britanniques forment en ce moment des forces pesh merga kurdes dans la capitale irako-kurde, Irbil.

Le lieutenant-général Ludvigsen n’a pas rejeté l’idée que le Danemark pouvait également former des troupes qui ne sont pas sous le commandement direct du gouvernement central à Bagdad.

Est-ce que ce sont des troupes irakiennes gouvernementales que les instructeurs danois doivent former ?

« La décision n’a pas encore été prise », selon Per Ludvigsen.

Les troupes qui seront formées peuvent donc en principe être des forces du pouvoir ainsi que des combattants pesh mergas kurdes, voire d’autres encore ?

« Oui, c’est possible. Nous éclaircirons le sujet en fonction des possibilités qui se présentent. Alors, une prise de position pourra être proposée au ministre de la Défense », a-t-il déclaré.

De l’optimisme malgré l’avancée adverse

La partie principale de la réunion à la base aérienne près de Washington était selon le lieutenant-général Ludvigsen consacrée à des discussions d’ordre général concernant le plan d’attaque de la coalition contre l’Etat islamique.

« Il était simplement question de discuter de la manière d’effectuer et d’arrêter les opérations contre ISIL [Islamic State of Iraq and the Levant]. C’est ainsi que la coalition a travaillé pour mener les opérations aériennes, et qu’elle continuera à travailler à l’avenir. D’ailleurs, ces opérations ont été couronnées de succès. Nous avons maintenant l’attention de poursuivre ces opérations de manière offensive », a déclaré le chef adjoint à la Défense, qui utilise le mot ISIL pour qualifier l’Etat islamique.

Des sources militaires américaines ont de leur côté fait part à l’agence de presse Reuters qu’il a été déclaré au cours de la réunion que l’Etat islamique a gagné du terrain, malgré les attaques aériennes.

Après la réunion, le président Obama a promis de pousuivre les bombardements, entre autres dans la province d’Anbar et à Kobane, la ville kurdo-syrienne à la frontière avec la Turquie, où l’Etat islamique fait une avancée importante.

Cependant, selon les sources de Reuters, il y avait un sentiment commun à tous les hauts-responsables militaires, que la coalition, malgré l’avancée de l’Etat islamique et les désaccords stratégiques internes, pourra sur le long terme récupérer les conquêtes de l’Etat islamique.

Un processus complètement habituel

Cette réunion est de l’ordre de la routine pour le chef adjoint à la Défense.

« Il n’y a en principe aucune date de fin à tout cela. Considéré comme isolé, le projet militaire contre ISIL est faisable. Mais ce qui est évidemment important, c’est de ne pas contribuer à former un nouveau ISIL, et il y a par conséquent des conditions à remplir. Ce sont en priorité les forces irakiennes qui doivent combattre sur leur sol. Par la suite, nous veillerons bien sûr à ce que le gouvernement irakien soit inclusif et qu’il ″agisse en tant que bon gouvernement″ », dit-il.

« Cela n’est pas une chose qui se fera en un jour. C’est une opération qui a une perspective à la fois sur le court et le long terme, et il faut donc s’attendre à ce que cela prenne du temps », a confié Per Ludvigsen.

Il qualifie le processus à venir de définition du rôle des soldats danois comme « complètement habituel ».

« Il y a dans certains pays certaines choses qui doivent être fixées. De plus, il faut maintenir un contact à tous les niveaux. Ici, aux Etats-Unis, c’est le Central Command, qui coordonne les opérations à Tampa. Il y a aussi d’autres quartiers généraux dans les environs. C’est avec ceux-ci que nous travaillons », a affirmé Per Ludvigsen.

« Maintenant, nous allons rentrer et continuer à évaluer la situation et les possibilités qui se présentent. Quand nous aurons terminé, nous ferons une proposition au Ministère de la Défense. »

Kristian Madsen

Source : Politiken (politiken.dk), le 15 octobre 2014, à 6h48.

Texte original en danois):
http://politiken.dk/udland/fokus_int/fokus_IS/ECE2424719/dansk-topgeneral-til-strategimoede-med-o
bama/

Traduit et relayé par Raphaël Caron

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article