Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ILERI-Défense

Le capitaine Emmanuel, entre le lycée et l'armée

19 Janvier 2014 , Rédigé par ileridefense Publié dans #Réserve, #Afrique

Le 18/01/14

De ouest-france.fr

Ce professeur d'histoire du lycée Brizeux est aussi capitaine et artilleur de marine. C'est l'un des seuls réservistes engagé au sein de l'opération Serval.

Bamako, de notre correspondant

Du haut de son mètre quatre-vingt-deux, treillis couleur sable et teint hâlé, Emmanuel se fond dans le tableau. Quand ils croisent le capitaine du 11e RAMa, ses frères d'armes s'imaginent volontiers être devant un officier d'active.

Pourtant, Emmanuel passe la majeure partie de l'année dans une salle de classe. « Quand je dis ici que je suis prof d'histoire au civil, l'étonnement se lit sur les visages », s'amuse le Quimpérois. Les élèves de son lycée aussi, sont restés bouche bée, quand l'artilleur de marine a traversé la cour de l'école en uniforme. C'était en septembre, une semaine avant le départ pour Bamako. « Ils me demandaient si j'étais professeur ou militaire. Ils avaient un peu de mal à concevoir le statut de réserviste », se souvient-il.

Après quinze années de réserve, le Mali est la première opération extérieure pour le quadragénaire. Une expérience « enrichissante à tous points de vue, mais qui exige une attitude totalement différente » de celle adoptée entre les murs d'une salle de classe.

40 °C à l'ombre...

Son engagement au sein de l'armée ? « C'est un don de soi pour la France, pour la République. Même si ça peut paraître un peu désuet... » Emmanuel est affecté à la force Serval en tant qu'assistant militaire opérationnel. Il rédige des ordres « pour des hommes sur le terrain, qui sont face à des terroristes. Il ne faut pas se tromper. La mission est de savoir qui fait quoi, où et comment », au sein des postes avancés du nord du pays.

Des passages à Gao et à Tombouctou ont permis à ce passionné d'Histoire de découvrir les lieux où elle s'est écrite. De la cité des Askias à celle des 333 saints, le soldat a aussi expérimenté les conditions météorologiques extrêmes du nord Mali. Plus de 40 degrés à l'ombre au mois de décembre, cela ferait presque regretter « les joggings au bord de l'Odet » ou les « sessions de surf à La Torche ! »

À quelques jours du retour en France, une touche d'appréhension remplace maintenant l'excitation de l'arrivée au Mali. Le choc ne risque-t-il pas d'être celui du retour en classe ? « Il faudra faire preuve de souplesse, pendant une petite période, c'est sûr », tempère sereinement l'officier. Une rentrée scolaire comme les autres, finalement.

Capitaine réserviste engagé dans l'opération Serval au Mali, Emmanuel est dans le civil professeur d'histoire au lycée.

Capitaine réserviste engagé dans l'opération Serval au Mali, Emmanuel est dans le civil professeur d'histoire au lycée.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

CNE C 02/04/2014 23:19

Bravo

Et après on va dire que les profs sont des feignants. Un bel exemple d'engagement qui a dû lui demander des sacrifices et sans doute des remarques de la part de ses collègues...
Dans tous les cas , une belle expérience opérationnelle.
Ses camarades réservistes doivent être jaloux....